Pourquoi cette étude ?

Les chiffres de l’INAMI montrent que plus d’un tiers des personnes en incapacité de travail pour un délai de plus d’un an (due à une maladie ou à un accident), des troubles psychiques en étaient la cause. L’un des troubles psychiques qui peut mener à une absence de longue durée au travail, est le burn-out. Des personnes souffrant d’un burn-out sont absentes plus fréquemment et plus longtemps que d’autres et elles ont une plus grande chance de disparaitre définitivement du marché du travail à long terme.


Un accompagnement de bonne qualité des personnes touchées par un burn-out est donc nécessaire. Mais comment pouvons-nous soutenir des personnes souffrant d’un burn-out dès le moment où elles cessent de travailler afin qu’ils puissent reprendre leur travail le mieux possible ? Actuellement, nous ne savons pas encore quelle approche est la meilleure. Les recherches scientifiques relatives à ce sujet sont limitées et les dispensateurs de soins sur le terrain ont parfois des avis divergeant.


Voilà pourquoi nous avons entamé cette étude fin 2015. Le projet « la réinsertion au travail après un burn-out » est une collaboration entre l’INAMI (le Centre d’expertise de l’incapacité de travail) et la KU Leuven (le Centre pour l’Environnement et la Santé).
Pourquoi cette étude ? Plus d'articles

Abonnez-vous à notre newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter

{{ newsletter_message }}

{{ popup_title }}

{{ popup_close_text }}

x